Contemporain

Celle qui fuit et celle qui reste – Elena Ferrante

A17840.jpg

Résumé : Après L’amie prodigieuse et Le nouveau nom, Celle qui fuit et celle qui reste est la suite de la formidable saga dans laquelle Elena Ferrante raconte cinquante ans d’histoire italienne et d’amitié entre ses deux héroïnes, Elena et Lila. Pour Elena, comme pour l’Italie, une période de grands bouleversements s’ouvre. Nous sommes à la fin des années soixante, le événements de 1968 s’annoncent, les mouvements féministes et protestataires s’organisent, et Elena, diplômée de l’École normale de Pise et entourée d’universitaires, est au premier rang. Même si les choix de Lila sont radicalement différents, les deux jeunes femmes sont toujours aussi proches, une relation faite d’amour et de haine, telles deux sœurs qui se ressembleraient trop. Et, une nouvelle fois, les circonstances vont les rapprocher, puis les éloigner, au cours de cette tumultueuse traversée des années soixante-dix. Celle qui fut et celle qui reste n’a rien à envier à ses deux prédécesseurs. A la dimension historique et intime s’ajoute même un volet politique, puisque les dix années que couvre le roman sont cruciales pour l’Italie, un pays en transformation, en marche vers la modernité.

Mon avis :
Je peux sans conteste dire que la série de romans de L’amie prodigieuse reste ma découverte littéraire de 2016 ! A l’approche de la date de sortie du roman en France, j’étais tellement impatiente que je n’ai pu résister et que je l’ai pré-commander afin de le recevoir le jour même de sa sortie ! Et je n’ai pas été déçue par ce troisième tome.
On y retrouve Elena, la narratrice, qui vient de publier son premier livre et s’apprête à épouser Pietro Airota, un jeune universitaire. Quant à Lila, celle-ci travaille désormais dans une usine de salaisons et élève son fils Gennaro.
Durant les dix années que couvre ce roman, nous y suivons ces deux jeunes femmes qui se rapprochent dans les coups durs, puis s’éloignent. Leur relation est comme toujours emplie d’amour, de haine, d’admiration, de jalousie et de non-dits.
Ce roman est également une plongée au cœur de l’Italie pendant les années de plomb où s’affrontent le fascisme et le communisme, et où la condition de la femme devient une réelle préoccupation.
Ce livre est encore une fois un réel coup de cœur et j’ai vraiment hâte de lire le quatrième et dernier tome ! Et vous ? Connaissez-vous les romans de L’amie prodigieuse ? Les avez-lus ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s